vendredi 9 février 2018

Le cas singulier de Benjamin T.



Le cas singulier de Benjamin T. de Catherine Rolland aux éditions Les Escales

C’est une bien étrange histoire, en effet, que celle à laquelle nous convie Catherine Rolland

Benjamin est ambulancier à Lyon. Le moins que l’on puisse dire, est qu’il a connu des jours meilleurs. Le sort semble s’acharner contre lui. Sa femme l’a quitté pour son patron et son adolescent de fils ne veut plus le voir. Et comme si tout cela ne suffisait pas, son épilepsie qui s’était calmée depuis l’enfance se rappelle à son bon souvenir mettant en danger sa carrière. Heureusement qu’il peut compter sur le soutien inconditionnel de son collègue et meilleur ami, David

Les crises de Benjamin se font de plus en plus fréquentes et intenses. Pour pouvoir conserver son emploi, il consent à participer à un essai thérapeutique. Hélas, la situation s’aggrave encore. Lorsqu’il subit ses attaques de grand mal, il se retrouve sur le plateau des Glières dans la peau d’un résistant pendant la seconde guerre mondiale. Les deux existences de Benjamin se télescopent, il est tour à tour le Benjamin ambulancier, loser magnifique et lâche,  puis le Benjamin courageux, patriote, idéaliste. Il mène deux vies distinctes avec leurs souvenirs propres. Benjamin pourra-t-il chosir laquelle il veut mener ? Quelles seront les conséquences de son choix ?

« Peut-être que je déprimais. Peut-être que c’était la signification de ces rêves récurrents, où je me voyais en soldat, en héros, triomphant de l’ennemi au péril de ma vie alors qu’en réalité, je n’étais même pas capable de me faire respecter de mon fils, de m’opposer à ma femme ou au moins de casser la gueule à son amant. (…)
  - Au nom du Christ, qu’est-ce qui t’a pris ?
  Avant que j’aie eu le temps de réagir, des mains solides m’empoignèrent sous les aisselles et me tirèrent violemment en arrière. D’instinct, je contractai les muscles de mon dos, m’attendant à heurter de plein fouet le dossier du banc, persuadé qu’un voyou m’agressait pour me voler mes cigarettes. Bien que d’apparence tranquille, le quartier était réputé pour les toxicomanes qu’on y croisait régulièrement, sans doute à cause de la proximité des services d’urgence.
  En réflexe, je me débattis, prenant progressivement conscience que mon dos n’avait cogné sur aucun obstacle, et que le sol où l’inconnu me hâlait sans douceur était recouvert de neige. Une douceur lancinante me déchirait le ventre.
- Il faut se replier ! Les hommes ne tiendront pas longtemps ! »

Avec Le cas singulier de Benjamin T. , Catherine Rolland nous offre une histoire à la frontière des genres entre roman fantastique, historique et psychologique. Tout au long de cette aventure riche en rebondissements, j’ai voyagé dans l’espace et le temps sur les pas de Benjamin, je me suis interrogé sur mes choix de vie. Le confort est-il préférable à la poursuite d’un idéal, même s’il faut prendre des risques pour le réaliser ? Après La solitude du pianiste et Sans lui, Catherine Rolland confirme ses talents de conteuse. Elle a l’art de captiver son lecteur et de le manipuler à sa guise. Les aventures de Benjamin m’ont happé, me faisant passer une nuit blanche pour  en connaître le dénouement.

 Ayant découvert ce texte alors qu’il n’était qu’un manuscrit, je suis ravi et fier qu’il soit publié par une si belle maison.



Originaire de la région lyonnaise et installée en Suisse, Catherine Rolland partage son temps entre sa famille, son métier de médecin urgentiste et l’écriture. Le cas singulier de Benjamin T. est son cinquième roman. Auparavant, elle avait publié :

Aux éditions Les passionnés de bouquins :

Ceux d’en haut
Après l’estive

Aux éditions Mon village :

3 commentaires:

  1. très belle chronique pour un super livre qui mérite le meilleur!

    RépondreSupprimer
  2. Bravo Denis pour cette belle chronique, avec laquelle je sui sen parfaite adéquation
    https://collectiondelivres.wordpress.com/2018/02/09/le-cas-singulier-de-benjamin-t/

    RépondreSupprimer
  3. Je crois que je vais juste reprendre les propos d'Henri-Charles qui correspondent totalement à mon point de vue.

    RépondreSupprimer