jeudi 27 juillet 2017

Dérapages



Dérapages de Martine Magnin chez Ella Editions

« Puisque vous êtes en train de visionner cette cassette, c’est que je suis déjà mort et que, à tort ou à raison, vous avez trouvé la caisse. Après avoir entendu ce que je vais vous dire, ce sera à vous de prendre des décisions en connaissance de cause. Quoi qu’il en soit, bon courage à vous. »

C’est par ces mots que s’ouvre Dérapages, le nouveau roman de Martine Magnin. D’emblée, on a l’impression qu’on va avoir affaire à un polar, mais même si un fait divers est à l’origine de tout ce qui va se dérouler dans ce roman, l’affaire strictement policière passe rapidement au second plan.

Régis, garagiste à Remoulins doit trouver un autre local pour exercer son activité. A la rentrée de septembre il sera expulsé car un rond-point doit être construit dans la zone dans laquelle se trouve son garage. Une annonce dans Le Bon coin attire son attention. Un garage est à vendre. Ou plutôt les ruines d’un garage, puisque celui-ci a été détruit dans un incendie qui a causé le décès de son propriétaire. Même si les travaux sont importants, le local sinistré est bien placé et Régis l’acquiert au prix du terrain. Lors des travaux de nettoyage il trouve dans une fosse, une boîte à outils vissée dans le sol qui cache une trappe dans laquelle est dissimulé un sac rempli de billets de banques et une cassette vidéo.

Dans ce roman choral, Martine Magnin part de ce fait divers pour dérouler son récit. Quatre personnages nous racontent à tour de rôle leur histoire en lien avec ce drame.

Régis, le garagiste, est perturbé par la découverte de ce magot et de la cassette. Bien loin de profiter sereinement de l’aubaine, il est tourmenté par sa conscience et par le danger que cette somme représente. Cet argent, il en a bien besoin pour mettre du beurre dans les épinards, mais cette somme ne devrait-elle pas revenir aux filles du précédent garagiste, décédé dans l’incendie vraisemblablement criminel de son garage ? Leur rendre l’argent ne reviendrait-il pas à les mettre en danger ?

Hortense est la belle-sœur de Raymond, le garagiste décédé. Elle a recueilli les deux filles de sa sœur jumelle, morte peu avant l’incendie. Hortense est une mère courage, mais cet ajout de deux enfants, même s’ils sont de la famille, ne se fait pas sans difficulté. Il lui faut gérer deux jeunes filles profondément perturbées par le décès de leurs parents sans pour autant négliger les siens et faire face à une crise dans son couple.

Henri, le mari d’Hortense, souvent absent car il est chargé de l’inspection des structures hôtelières de la région.

Monsieur Fernand, assureur à la retraite tracassé par son dernier dossier. Pressé par sa hiérarchie il n’a pas pu traiter l’affaire de l’incendie du garage de Raymond comme il l’aurait souhaité. Il se sent coupable et se demande comment il pourrait venir en aide aux filles du garagiste.

Du Gard à la Camargue, nous allons suivre ces personnages qui se débattent avec leur quotidien bouleversé par ce fait divers. Nous allons assister à leurs dérapages et à leurs conséquences.

Dérapages est un excellent roman puzzle, dans lequel les pièces s’imbriquent petit à petit. Un roman qui nous montre que tout le monde peut déraper mais que l’essentiel est d’éviter la sortie de route. Tous les personnages sont attachants, même Henri le mari volage et lâche.


Ce livre plein de sensibilité, de suspense et d’humour, je l’ai lu d’une traite et je vous recommande de le mettre dans vos valises pour les vacances, et si vous ne partez pas, vous ressentirez en le lisant tous ces sons, ces odeurs, ces goûts qui font le sud. Bon voyage !

lundi 19 juin 2017

Il fera jour ce soir



Il fera jour ce soir de Christophe Maris aux éditions Pierre Philippe


En ce soir de décembre, Julien Dulac, rentre chez lui. Julien est étudiant, il prépare l’agrégation en lettres modernes. Pour une fois, Anna, sa compagne, n’a pas souhaité l’accompagner à cette session de préparation. A l’approche de Noël , Julien pense qu’Anna souhaitait être tranquille pour ses achats. Quand il rentre dans l’appartement, il est surpris par l’ordre et le silence qui y règnent. Il trouve Anna sans vie dans la baignoire, les veines tailladées. De sa main est tombé un petit morceau de papier au message énigmatique : « Julien, pardonne-moi, je ne peux plus supporter l’insupportable, souviens-toi longtemps de cette phrase : il fera jour ce soir. »


Julien est anéanti. Ils filaient tous les deux le parfait amour, et un bel avenir s’ouvrait à eux. Pour quelle raison, une jeune femme à qui tout sourit peut-elle en venir à de telles extrémités. Pour la police, le suicide ne fait aucun doute. Affaire classée ? Ce serait sans compter sur la pugnacité du commissaire Christelle Lecarrer. Elle veut comprendre le geste d’Anna. Les débuts de l’enquête ne donnent rien. Rien de ce qui ressort des témoignages de Julien, de leurs amis communs, de leurs parents, de leurs professeurs, ne peut expliquer ce suicide. Pour le commissaire, la solution de « l’énigme » se trouve dans le passé. Quel est ce lourd secret qui a anéanti Anna ?

 Rares sont les romans policiers qui traitent d’une enquête sur un suicide, car c’est bien un roman policier que nous propose Christophe Maris. Nous suivons pas à pas l’enquête de Christelle Lecarrer accompagnée de son chevalier servant, Thibaut Jeulain. La forme du roman policier n’est qu’un prétexte. L’auteur nous plonge dans les années noires de la Shoah, dans les secrets, les non-dits qui accompagnent cette sinistre période.

Ce roman, porté par des personnages tous aussi attachants les uns que les autres, je l’ai lu d’une traite. Ceux qui me suivent régulièrement, savent que cette période me passionne. Alors, me direz-vous, quelle est l’originalité de ce roman ? Qu’apporte-t-il de plus par rapport à tout ce qui a déjà été écrit ?

Dans Il fera jour ce soir, Christophe Maris fait un véritable travail d’historien. Dans ce roman, il aborde un thème très peu traité : Le rôle de la LICRA (Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme) dans la recherche des déportés et de leurs familles et dans la traque des criminels de guerre nazis.


Il fera jour ce soir est un roman passionnant, émouvant, dont vous ne ressortirez pas indemne. Je vous le recommande vivement.

vendredi 9 juin 2017

Rencontre avec Isabelle Kauffmann et Arthur Dreyfus



Rencontre avec Isabelle Kauffmann et Arthur Dreyfus









Le samedi 17 juin à 14h30, Les lectures du hibou et Le Biscuit Café Créatif vous invitent, en partenariat avec la librairie La maison jaune, à une rencontre avec deux auteurs, une mère et son fils, tous deux écrivains : Isabelle Kauffmann et Arthur Dreyfus. Cette rencontre aura lieu au Biscuit Café Créatif à Neuville sur Saône (69)


Isabelle Kauffmann viendra nous présenter son dernier roman : Les corps fragiles (éditions Le Passage) qui a déjà reçu deux prix cette année : le Prix Canuts et le Prix de La Bastide.



Arthur Dreyfus nous présentera Sans Véronique, son dernier roman publié aux éditions Gallimard et qui figure dans la sélection de printemps du Prix Médicis.

Ma chronique sur Sans Véronique :


Venez nombreux partager et échanger avec nous en toute convivialité.

Lien vers la page Facebook du Biscuit Café Créatif :

Lien vers l'événement Facebook de la rencontre :